#1 06-04-2011 22:37:33

Modérateur
Administrateur
Date d'inscription: 13-01-2011
Messages: 1035

Pollution et Santé

Santé
Rendez-vous avec Dominique Belpomme cancérologue engagé

Après avoir lancé l’«Appel de Paris», en 2004, pour alerter sur la pollution
chimique, le Pr Dominique Belpomme organise un colloque à l’Unesco
sur la santé des enfants et l’environnement.


Un appartement dans le XVe arrondissement de Paris qui lui sert de quartier général. « Mais on se connaît  ! » Oui, on se connaît. Qui travaille sur la santé et l’environnement ne peut pas ne pas connaître le Pr Dominique Belpomme. Paris, Bruxelles, Parme, Genève… Le cancérologue est partout, de toutes les conférences, de tous les congrès sur le sujet. Assis à son bureau encombré de dossiers, il parle les paupières mi-closes : « Il faut changer de paradigme. En France, on est dans le déni en matière de santé et d’environnement. Alors qu’un grand nombre d’études scientifiques montrent que des risques sont avérés, aucune mesure n’est prise pour nous protéger. »

C’est justement pour inviter les autorités sanitaires à prendre la mesure du problème qu’il organise un colloque à l’Unesco à Paris, les 12 et 13 avril, qui réunira les plus éminents spécialistes internationaux de la santé environnementale. Car pour Dominique Belpomme, aucun doute : notre environnement nous rend malades. Il serait même à l’origine d’une grande partie de nos maux : cancers, stérilités masculines, malformations congénitales, allergies, asthme, troubles du comportement, pubertés précoces, obésité… « Nous sommes face à une véritable bombe sanitaire à retardement, le cancer n’est que la partie émergée de l’iceberg, affirme-t-il sans nuances. Hier, les bactéries étaient les principales responsables des maladies, aujourd’hui, il y a les virus et les multiples polluants qui persistent et s’accumulent dans notre environnement. »

Cette thèse, le professeur l’a démontrée dans son livre Ces maladies créées par l’homme. Un pavé dans la mare du milieu médical. C’était la première fois que, en France, un cancérologue osait dire que l’augmentation des cas de cancers n’était pas seulement liée au vieillissement de la population, à un meilleur dépistage ou encore au tabagisme. De quoi faire grincer quelques dents chez ses confrères. « On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs  ! avoue-t-il. J’ai pris des risques au niveau de ma carrière, mais j’assume. » Il persiste même dès 2004 en poussant un retentissant cri d’alarme lors d’un premier colloque à l’Unesco, à l’issue duquel il lancera l’« Appel de Paris », sorte de déclaration internationale sur les dangers de la dégradation de notre environnement pour notre santé, signé par des milliers de médecins européens et plusieurs Prix Nobel de médecine. Avec l’appui des défenseurs de l’environnement, dont Nicolas Hulot, il remettra ça en 2006 avec, cette fois, 164 propositions concrètes pour enrayer la pollution au quotidien. Parce qu’« on ne peut pas être en bonne santé sur une planète malade », comme il le répète.

Au cœur des débats, cette année à l’Unesco : l’impact des polluants sur la santé des enfants. « Les enfants sont beaucoup plus vulnérables que les adultes, explique le cancérologue. Par exemple, les produits chimi­ques stockés dans les tissus graisseux de la femme enceinte passent la barrière placentaire et peuvent contaminer le fœtus et perturber son système endocrinien. Ils passent aussi dans le lait maternel. Par ailleurs, vu leur petite taille, les enfants respirent et ingèrent proportionnellement plus d’air et d’eau pollués que les adultes, ils s’empoisonnent donc plus vite. » Trop alarmiste, le Pr Belpomme  ? A ses détracteurs qui lui reprochent ses propos trop tranchés ou ses prises de position parfois trop hâtives, comme cela avait été le cas quand il a dénoncé avant tout le monde la présence massive de chlordécone, un pesticide normalement interdit depuis 1993, aux Antilles, à ceux qui exigent des preuves sur l’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques pour laquelle son Association pour la recherche thérapeutique anticancéreuse (Artac) a mis en place un protocole d’études, il répond : « Les premiers ont toujours tort. »

Et s’il avait raison  ? Depuis une vingtaine d’années, les cancers de l’enfant – leucémies, tumeurs du système nerveux central et lymphomes surtout – augmentent de 1% par an sans que l’on sache vraiment pourquoi. Preuve que d’autres s’interrogent, l’Inserm, qui commence à suivre 20 000 enfants de la naissance à l’âge adulte pour évaluer l’influence de l’environnement sur leur développement, va mesurer le taux de différents toxiques dans leur sang et leurs urines. « Je ne m’attends pas à ce que ce colloque déclenche une révolution, lâche Dominique Belpomme. J’agis au nom du serment d’Hippocrate, et prévenir les maladies, c’est aussi donner de l’information. »
C’est dit.

Brigitte Bègue

Edité chez Albin Michel, 19,50 e. Le Pr Belpomme est aussi l’auteur de Avant qu’il ne soit trop tard, éd. Fayard, 19 euros.

(source VIVA)
http://www.viva.presse.fr/

Peut être suite a la pollution du(nuage)?
http://www.viva.presse.fr/Enquete-ELFE- … 15190.html

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr